Un vaisseau de verre pour La Haye | Glassolutions
Results

Un vaisseau de verre pour La Haye

Avec le nouveau bâtiment de l’OEB, La Haye s’est enrichie d’une perle architecturale. Les bureaux de l’Office européen des brevets brilleront désormais de mille feux.

On met actuellement la dernière main au bâtiment. L’an prochain suivra la démolition de l’ancien bâtiment et le projet s’achèvera en 2020 avec les aménagements extérieurs. Le nouveau siège de l’OEB a été dessiné par les Ateliers Jean Nouvel de Paris et DAM en Partners architecten d’Amsterdam. L’architecte Bernard Duprat, project manager aux Ateliers Jean Nouvel : « En 2012, nous avons été invités par nos confrères d’Amsterdam à participer ensemble au concours. Huit bureaux ont alors soumis un projet et nous avons finalement été choisis pour réaliser ce projet.Notre collaboration fut très positive, surtout grâce aux excellentes relations entre les équipes d’architectes et leur communication ouverte. Le support de Saint-Gobain Glass fut très professionnel et leur enthousiasme  bienvenu. »

La description du projet par Jean Nouvel est trop belle pour la passer sous silence. En quelques mots : « Notre proposition consiste à introduire dans cet univers portuaire un vaisseau aux dimensions et proportions nobles, dont l’abstraction géométrique est totale. Le bâtiment s’affiche calme et serein, rien ne peut l’atteindre et il fait partie du ciel. Grâce à l’utilisation de verre clair sur les façades, il prend la couleur du ciel, tandis que l’acier inoxydable de ses lignes horizontales donne le rythme. »


La force du verre

De verre, il en est beaucoup question. La force visuelle du matériau s’exprime parfaitement dans le nouveau bâtiment. Le verre a d’ailleurs toujours été l’un des matériaux préférés des Ateliers Jean Nouvel. « Le verre présente un double avantage : il a d’indéniables qualités esthétiques et est également un matériau durable », explique Bernard Duprat. « Le bâtiment est encore en phase de construction mais nous pouvons déjà affirmer que, grâce à l’utilisation des vitrages adéquats pour les façades, le résultat correspond à l’intention des architectes»

L’un des aspects que les architectes voulaient absolument éviter est l’apparition de teintes dominantes vertes ou bleues, fréquente lors de la mise en œuvre de vitrages thermiques. Bernard Duprat : « Le facadier avait d’abord proposé de placer la protection solaire uniquement au niveau de la façade thermique et d’exécuter la seconde peau en float standard. Nous n’avons pas suivi cette idée. Elle aurait eu des conséquences catastrophiques sur le résultat esthétique et aurait également supprimé, du moins en partie, la raison d’être de la double façade.  Nous avons donc proposé de répartir la protection solaire entre les deux façades, et ce en ayant recours à un coating argenté semi-réfléchissant sur la seconde façade composée de float extra clair. Les façades reflètent ainsi de manière très neutre de large portions de ciel »

Outre le recours massif au verre, la double façade frappe également l’attention. Le bâtiment est ainsi comme habillé d’une seconde peau. Ce qui, pour Bernard Duprat, apporte de nombreux avantages.  « Travailler avec une façade supplémentaire permet de mieux protéger les espaces de travail sur le plan acoustique. On crée également un tampon thermique qui participe à la volonté d’économiser l’énergie. L’apport de lumière naturelle demeure excellent grâce à l’utilisation de vitrage ultra clair à faible teneur en oxyde de fer pour la façade extérieure et pour les parties les plus basses de la façade thermique. Enfin, la double façade qui abrite des jardins suspendus permet d’agrandir virtuellement les espaces de travail»

Pour plus d'infos, cliquez ici

Êtes-vous intéressé par ce projet?